L’innovation vue de Rennes : Analyser des polluants sans produits toxiques c’est possible

06/05/2011 at 14:01 1 commentaire

Aujourd’hui encore une PME éco-innovante. Cette fois après le Sud de la France, et l’outre-mer, je suis partie en Bretagne, à Rennes plus précisément, pour la dénicher. Il s’agit de Sens-Innov. Une PME créée en fin 2008 par un binôme ambitieux : Stéphane BURBAN, ingénieur des Mines et Olivier LAVASTRE, chercheur en chimie du CNRS. Leur société a conçu en 2009 un système de détection des métaux lourds dans l’eau particulièrement innovant.


Pourquoi s’intéresser aux métaux lourds ?

La pollution des eaux par les métaux lourds est dangereuse pour l’homme. L’exemple le plus parlant pour tout le monde reste les intoxications au plomb et leurs attaques du système nerveux. Mais on peut également parler du cadmium qui provoque des troubles respiratoires et rénaux notamment, du mercure, néfaste pour le système nerveux, du nickel dangereux pour le système respiratoire, les fœtus et également cancérigène ou encore du chrome également cancérigène.

Les législations sont donc de plus en plus strictes afin de limiter les expositions des populations à ces composés. Pour rester sur l’exemple du plomb, sachez que les réglementations pour l’eau potable prévoient de descendre encore le seuil de plomb à 10µg/l en 2013. Pour le moment cette limite est de 25 μg/l depuis le 25 décembre 2003. De la même manière les autres métaux lourds sont également strictement contrôlés.

Il faut donc pourvoir mesurer rapidement et efficacement dans les unités de traitements des eaux potables le taux de métaux lourds. Pour cela, l’analyse d’échantillon d’eau peut se faire en laboratoire, il faut alors compter 2 à 3 jours pour avoir les résultats et utiliser des produits toxiques pour les analyses et notamment du mercure. En gros, on analyse des polluants toxiques en utilisant d’autres polluants tout aussi toxiques.

On peut également utiliser sur site des appareils de détection portables. C’est précisément sur créneau que se positionne le premier produit issu des recherches de Sens-Innov, sur les appareils de mesure portables.


Qu’est ce que ce système a d’innovant ?

Habituellement, les appareils de mesure portables utilisent deux techniques différentes :

  • soit l’électrochimie, il s’agit alors de mesure les propriétés électriques de l’eau qui dépend de sa composition,
  • soit la photométrie qui analyse la lumière renvoyée par l’eau après qu’on l’ait soumise à une lumière connue. L’analyse des différences permet de retrouver la composition.

Cependant ces deux techniques présentent des inconvénients : l’électrochimie portable cible un composé unique. Il faut donc plusieurs appareils pour analyser plusieurs composés. Les appareils à photochimie sont eux aussi limités mais dans la gamme de concentration. Il faut avoir une idée préalable de la concentration à analyser pour adapter la sensibilité de l’appareil.

L’équipe de Sens-Innov (Photo : Renne métropole)

C’est donc là que Sens-Innov a innové : son appareil peut analyser plusieurs composés et il mesure aussi bien les fortes concentrations que les très faibles concentrations.


Comment ça marche ?

Cet appareil, nommé « Senso+ » permet de détecter le plomb, le cuivre, le cadmium, le fer, le chrome, et le nickel. La technologie mis en œuvre repose sur un système breveté par l’Université de Rennes 1 et CNRS de languette à usage unique pour une garantie totale de non contamination. L’appareil est composé d’un terminal portable qui est relié à un module où va se loger une languette (le capteur). Pour analyser, il suffit alors de tremper le nodule avec la languette dans liquide à analyser.

L’analyse se fait grâce à une languette à usage unique, ce qui permet une grande précision puisqu’il n’y a pas de contamination du capteur. Stéphane BURBAN, Président et co-fondateur de Sens-Innov, explique que ces languettes multipoint à usage unique sont recyclables. Ce nouveau détecteur n’utilise pas de mercure, et les additifs employés, d’origine naturelle (sel ou eau vinaigrée) respectent le cadre réglementaire européen Reach. En gros on peut maintenant analyser des polluants toxiques sans utiliser d’autres polluants, ni sans avoir recours à de multiples appareils. Il s’agit du premier appareil de mesure précis et immédiat ne nécessitant pas de produits toxiques.

Senso+, le détecteur de Sens-Innov (photographie Sens-Innov)

S’il met en avant ces capacités d’analyse des métaux lourds, cet appareil est en réalité potentiellement capable tous composés étant un signal électrochimique. Il suffit que le signal soit répertorié par l’électrochimie pour que Senso+ puisse aussi détecter du sel ou des pesticides. Le panel de composés détectable par cet appareil est donc vaste, du moment que le signal existe et qu’il a été répertorié. C’est là que les mises à jour de l’appareil se révèlent très intéressantes.

« Notre marché eau potable intéressera bien sûr des clients comme Véolia, Saur, Suez, mais aussi des industriels ayant à gérer une problématique de normalité d’eau au sein de leur processus de fabrication, comme Seb, Tefal ou Electrolux », indique le président de la société.


L’écosystème d’innovation autour de Sens-Innov

Ce qui est très intéressant avec cette jeune société c’est qu’elle a su avant même sa création s’entourer des bons interlocuteurs : Oséo, Réseau Entreprendre, Emergys, l’incubateur breton, Cap’Tronic, l’université, le CNRS, les agences et associations de valorisation de la recherche départementale et régionales.

Grâce à de nombreux concours, la société a été distinguée 8 fois entre juin 2008 et juin 2009 : concours pour la création d’entreprise innovante avec Oséo dans la catégorie émergence en 2008 puis dans la catégorie création-développement l’année suivante, le prix De Loitte In Extenso, Prix Eco-technologies au concours Crisalide, … En 2010, elle a remporté le prix Eco-innovation de Cap’Tronic

Grâce à ses distinctions et partenariats la société a pu réaliser en 2009 une levée de fond importante 450 000 euros souscrite par Crédit Agricole Private Equity et Bretagne Jeunes Entreprises (BJE). A cette période la société n’avait pas encore un an.

Il est à noter que l’appareil présenté ici a été conçu en 2009. Depuis sa création, Sens-Innov a également créé un système de détection fixe en temps réel utilisant le même principe et un système d’analyse de l’air. Retrouver sur leur site leurs produits


Les sources consultées

Publicités

Entry filed under: Eau, Les acteurs, Les PME innovantes, Les thématiques. Tags: , , , , , , , , .

Appel à manifestation d’intérêts de l’ADEME : Projets innovants pré-industriels Qu’est ce qu’une innovation?

Un commentaire Add your own

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Ecosystème Recherche

Bienvenue à la découverte des écosystèmes d'innovation.

Consultante en innovation depuis 2008, je constate tous les jours que nombre d'acteurs connaissent peu le fonctionnement des écosystèmes d'innovation. C'est ce qui m'a conduit à faire ce blog.

Si vous avez des questions particulières, n'hésitez pas à me contacter par mail.

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 25 autres abonnés

Feeds

EcoRecherche sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.


%d blogueurs aiment cette page :